Cuqueron :

La commune est traversée par la Baysère (20,4 km), affluent de la Bayse.

Le toponyme Cuqueron apparaît sous les formes Cucuror (XIIe siècle ), Cucuroo (1345 ), Cuquroo (1385, censier de Béarn ), Sent Miqueu de Quoquron et Coquron(respectivement 1434 et 1441 ), Cocuroo (1456 ), Cocuro (vers 1540 ), Cocurour et Cuquerour (respectivement 1655 et 1657 ),Cocurour, Cuquerour et Coucuron (respectivement 1655, 1657 et 1675 ).

En 1385, le village, qui ressortissait au baillage de Monein, regroupait seulement 16 feux.

Il est composé de la racine pré-indo-européenne *kuk avec un allongement ce qui donne kukuru, le n étant dû à la romanisation.

Entre autres cultures, les coteaux de Cuqueron portent de vignobles de Jurançon.

Cette commune est un ancien quartier de Monein. Le seigneur de Cuqueron s’était révolté pour échapper à la domination de cette dernière. Cela explique que son territoire est enclavé dans celui de sa grande voisine.

Vignobles de Jurançon :

Le jurançon est un vin blanc d'appellation d'origine contrôlée (AOC). Son vignoble est situé en Béarn, sur un territoire bien délimité, au sein d'une petite partie du département des Pyrénées-Atlantiques, implanté sur les collines pré pyrénéennes entre les villes d'Oloron-Sainte-Marie et de Pau et les deux gaves du même nom.

La même zone produit deux dénominations de vins blancs, un sec dénommé jurançon sec et un moelleux, juste nommé jurançon sans mention particulière, reconnu en AOC en 1936 pour le doux et en 1975 pour le sec. Le vignoble couvre une superficie de près de 1 000 hectares, il est implanté sur des grès argileux au sud ; au nord, ce sont des poudingues, des roches détritiques solidifiées, recouverts de galets et graviers arrachés à la montagne et déposés par le gave de Pau.

Il a honoré la table du roi Henri IV au XVIe siècle ; il a pourtant failli disparaître et n'a retrouvé tout son lustre que dans la seconde moitié du XXe siècle.

 

« Je fis, adolescente, la rencontre d'un prince enflammé, impérieux, traître comme tous les grands séducteurs : le jurançon » (Colette).