Coslèdaà-Lurbe-Boast :

La commune est traversée par  les ruisseaux de Couilhet et le Laas (qui prend sa source sur la commune), et par un tributaire de ce dernier, le ruisseau le Lasset, lui-même rejoint sur la commune par l'arrioudu Barou et par le ruisseau le Plassot.

Le toponyme Coslédaà apparaît sous les formes Cosladaa et Cosledan (respectivement 1385  et 1402 ), Cosledaas en Bearn (1424 ), Coslédàa (1863 ), Cosledaa (1793 ) et Cosleda (1801 ).

Le toponyme Lube apparaît sous la forme Luba (1546 ).

Le toponyme Boast apparaît sous les formes Booast (1385) et Boaast (1548 ).

En 1385, Coslédaà comptait treize "ostaus" ('maisons' en béarnais ou feux), Lube, trois et Boast dix.

La seigneurie de Coslédaà fut vendue entre 1421 et 1444 par les Coarraze aux Serres.

Au XVIe siècle, cette seigneurie et celle de Boast dépendent de celle de Sévignacq. Elles seront vendues en 1641 aux Lendresse et érigées en baronnies en 1643.

La seigneurie de Boast reste aux Lendresse jusqu'à la Révolution ; celle de Coslédaà, réunie à l'abbaye laïque (signalée en 1385), passe avant 1733 aux Batz-Diusse ; elles seront vendues en 1765 aux d'Arripe et en 1780 aux Elissalde.

La seigneurie de Lube dépendait de celle de Lannecaube ; une abbaye laïque est signalée en 1385. Elle sera vendue en 1612 aux Lalanne.

la commune de Coslédaà-Lube a existé de 1833 à 1843. Elle est créée en 1833 par la fusion des communes de Coslédaà et de Lube. En 1843 elle fusionne avec la commune de Boast pour former la nouvelle commune de Coslédaà-Lube-Boast.

La commune compte deux châteaux, l'un situé à Boast (château de Lendresse ) et l'autre au lieu-dit Bourguinat sur l'ancienne commune de Coslédaà.

On trouve à Coslédaà une croix de chemin du XIXe siècle, tout comme sur l'ancienne commune de Boast.

 

Une ferme datant de 1770 est visible au lieu-dit Cazenave de Coslédaà.