JEUDI 25 OCTOBRE 2018

SAN JUAN DE LA PENA

  

Heureux qui comme Ulysse a fait un beau voyage.

Comme lui mais plus modestement, nous avons allègrement franchi la frontière

Ibérique pour voir si là bas l'air est plus pur, le ciel plus bleu.

Destination: SAN JUAN DE LA PENA .

 

Nous, les 58 participants privilégiés, dans  un bruit de fond chaleureux, avons

pris le départ à 8 heures.

Les cieux  bienveillants comme  d'habitude  étaient avec nous (?) puisque  nous

allions nous «  recueillir »sur un site  religieux réputé.

Voyage de l'aller un peu long mais particulièrement attractif, le regard fasciné

par la splendeur des paysages.

 

Arrivée à San Juan de la Pena devant le «  nouveau » monastère.Paradoxe, celui-ci

basé sur les ruines de l'incendie survenu en 1675 a pris un coup de jeune dans son

appellation. En aparté, nous devrions prendre exemple ?

Donc, «  le vieux »  nouveau monastère, centre d'interprétation consacré à la vie

quotidienne des moines nous ont offert, dans un cadre très moderne avec la transparence

de la vérité, les restes des  fondations, puis, dans une autre aile, la représentation

des activités des moines. Très intéressant.

 

Puis, sur cette esplanade faite pour un pique-nique  convivial, nous nous sommes

dispersés  par petits groupes pour nous sustenter. Victuailles, cochonnailles et

ripailles ont été les trois mots d'ordre sous un soleil amical.

Suite du programme.

Les 3 belvédères, le premier, le plus beau à mon goût, San los Pireneos. Le deuxième,

San Voto et le troisième, San Térésa,  histoire de se dégourdir les jambes avant la visite

du «  clou » de cette sortie.

 

Avec la navette, vers 15H30  nous nous sommes rendus sur les lieux.

Endroit surprenant, mi troglodyte, dans un environnement de falaises abruptes

et de végétation enveloppante. L'œil de nos photographes exprimera plus que  les

mots l'étrangeté de  l'endroit.

Visite guidée avec d'abord une rétrospective de son passé historique et l'imprégnation

des rois successifs d'Aragon.

D'abord la crypte qui, servait, semble-t-il  aussi de dortoirs aux moines.

A  l'étage supérieur, le «  Panthéon Royal » abritant les sépultures des trois rois aragonais,

puis l'église «  haute » dont la voûte est formée par la masse rocheuse ainsi que,

d'après la guide, présence d'un «  reste » du St Graal.

Pour terminer le cloître et ses chapiteaux partiellement reconstitués.

Là, lumière, vérité et liberté d'esprit.

 

Nous avons tous et toutes été conquis.

  

Nous nous sommes imprégnés de spiritualité sur les traces de ces hommes,

 (il y eut également des femmes) reclus à l'abri des vicissitudes de la vie.

Etaient-ils exemplaires ? Sous la robe de bure, avaient-ils des tentations ?

Mesquinerie, jalousie, fornication Mais Dieu veillait, Dieu punissait ?

Autant n'y voir que le bon côté de l'âme humaine.

 

Pour résumer, journée enrichissante, particulièrement bénie et  bien remplie.

Que  du bonheur partagé.

Le bonheur est dans le pré cours y vite cours y vite et n'hésitons  pas puisque

avec  vieux on fait du nouveau.

 

Merci à Francine pour son initiative.

Merci aussi à Christian, le trésorier.Pour l'anecdote, 4.3 km pour les belvédères.

 

 

Jeudi 8 novembre, Buzy et les confitures.