SALIES-DE-BÉARN Sortie journée du 24/10/2019

Certains l’ont redoutée et se sont abstenus, d’autres prêts à l’affronter n’ont pas hésité à la braver…

43 marcheurs motivés se sont retrouvés au petit matin, les yeux embués de sommeil et la tête pleine de rêves.

Rêves de soleil, de chaleur, de découverte, de rire et de bonne humeur, certains qualificatifs étaient de la partie, pour les autres comme le soleil et la chaleur on les a bien cherché mais pas vraiment trouvés, tant pis pour eux nous avions un enthousiasme à toute épreuve et, ma foi, nous nous en sommes fort bien passé !

Celle tant redoutée était au rendez-vous, pas de souci ! Ce  sont deux groupes de parapluies multicolores qui se sont élancés sur les chemins de campagne prêts à en découdre avec les éléments, en fait le ciel a été relativement clément et bien qu’il se soit quelque peu soulagé à notre passage il l’a fait avec beaucoup de discrétion et pas trop d’acharnement.

Un peu humides à l’arrivée mais pas détrempés !

 Et puis nous étions venus pour prendre l’air, se changer les idées, discuter et rigoler, et ça nous ne l’avons pas oublié ! Certes nous n’avons pas trop flâné, la pause a été brève et les pas décidés, mais, par tous, cette marche a été appréciée.

c’était bien, c’était chouette on y retournera…  sur les sentiers de Salies-de-Béarn.

Pause déjeuner, le kiosque avait été ouvert à notre attention, certains s’y sont installés d’autres se sont égaillés sur les bancs publics, pas une goutte d’eau à l’horizon, le ciel était de notre côté  et nous en avons profité pour sortir nos victuailles et nous restaurer, moment de partage et de convivialité bien apprécié.

Rendez-vous avec notre guide à 14h30 devant l’hôtel de ville.

Nous voilà partis pour une visite instructive de Salies de Béarn avec ses légendes et ses histoires.

Le sanglier :

On raconte qu’au Moyen Age un sanglier blessé par des chasseurs eut la bonne idée d’aller se réfugier dans un marécage boueux.

On le retrouve mort mais recouvert de cristaux de sel. C’est à ce moment là qu’on se rend compte que dans le sous-sol salisien coule une source d’eau salée.
Avant de mourir, ce sanglier aurait eu ces dernières paroles : « Si je n’y étais point mort, personne n’y vivrait ».

 

les mariages arrangés :

  • se marier avec une vieille femme
  • partir pour l’armée,
  • encaisser le pactole,
  • se remarier.

Dans les années 1800 les mariages de ce type étaient relativement nombreux tout autour de Salies-de-Béarn.

La cause unique en était « l’or blanc » de Salies : le sel.

Depuis des temps anciens, une source d’eau salée fait la fortune du village. Cette eau est 7 fois plus salée que l’eau de mer (300g/L). Il est plus rentable de fabriquer du sel que d’être laboureur (on se moque d’ailleurs des laboureurs à Salies).

La ville de Salies-de-Béarn fut ceinte de murailles et il fut décidé que seuls les habitants intra-muros (les part-prenants) pourraient sous certaines conditions puiser l’eau de la source.

Puis nous avons cheminé vers l’Établissement Thermal :

Au XIXe siècle, les Salisiens explorent de nouvelles voies pour valoriser leur sel autrement. Ces eaux très riches en oligo-éléments ne peuvent être que bénéfiques pour l’homme.

En 1857 ouvre le premier établissement thermal. Prisés dans un premier temps par les dames en mal d’enfants, les thermes attirent très vite une riche clientèle de curistes, grands d’Espagne et leur cour, duc, duchesses….

Le Casino :

Le casino de Salies-de-Béarn est situé dans l'enceinte de l'hôtel du Parc, construit en 1893 et aujourd'hui répertorié comme monument historique en France.

il suffit de franchir son hall d'entrée " l'atrium " et de découvrir la somptueuse verrière ainsi que les 3 galeries à balustres en bois desservant les chambres, pour se rendre compte du faste de cet établissement à l'époque.

Et pour finir nous sommes allés visiter les Salines, en réalité nous avons vu un film documentaire sur le sel et les jambons de Bayonne, l’un n’allant pas sans l’autre, suivi d’une dégustation de charcuterie avec un rosé issu des cépages que nous avions longés le matin et une boutique de produits locaux qui a fait le bonheur des gourmets.

 À la sortie on pouvait voir le site d’exploitation du sel avant de reprendre notre bus la tête chargée de souvenirs, nos rêves du matin ayant étés exaucés.

 

Ce fut une excellente journée passée en agréable compagnie.

Parcours : 8.4 km