JEUDI 23 NOVEMBRE 2017

MONCAUP.-CLOS BASTE

 

Oh là là, comme c'est drôle, j'ai vu un drone espion suivre sur le chemin de Moncaup

des «  mon copain » et des copines, pas encore assoiffés, sous un soleil inespéré  prenant

la direction du «  clos Basté » via les fontaines.

Départ place de «  la Mairie Ecole » en cortège groupé, il  vous a vus emprunter le chemin

des mariés pour arriver à  l’église. Là, pas de halte, vous aviez l'air pressé, pas de détour

non plus à la fontaine de Navarre, (de toute manière elle est tarie) vous êtes passés sans

vous arrêter, puis, plus loin, la fontaine de «  passe », j'ai entendu le message crypté du

drone : « fontaine nous ne boirons pas de ton eau ». Le gosier un peu sec, chemin faisant, il vous a

vus prendre le chemin des  maquisards, un petit détour jusqu'à la stèle souvenir, puis retour sur vos pas, direction la fontaine de «  Boune  Houn » .A découvert, longeant les vignes sanglantes et un  lac privé, il a constaté  votre détermination à arriver au plus vite.

Sur les fontaines pas de fables inutiles, pas d'ondines, pas de «  sourcières » juste l'évocation

de leur nom : Navarre, Bélier, Lahitte, l'Estripe  (i l y en a 11dans ce secteur).

Le drone a  mis un peu d'eau dans son vin et vous, vous aviez la pépie.

Oh miracle, tant d'eau changée en vin. (vous étiez à la noce sans passer par l'église).

Le drone a essayé d'entrer dans le chai mais en vain dont rien à évoquer à ce sujet.

 

Participant : environ 90

 

Parcours unique : 5.1 km

Sur la route de Moncaup, la route du Vic Bihl… Madiran, Pacherenc, des noms qui font danser nos papilles ! Les maïs engrangés, les vagues de collines s’étalaient sur les coteaux, les bois rythmant de leurs couleurs, ombres et lumières que le soleil révélait dans ce bel après-midi.

Nous étions quatre-vingt-dix, un peu désorientés de ne faire qu’un seul groupe… Bon, un peu de cafouillage pour réunir les plus décidés à emprunter un diverticule, petite descente dans le bois des Maquisards, passant par l’une des fontaines de ce parcours. Finalement de bonnes marches, une main-courante, un terrain sec, avaient rompu la rectitude de la route. Une fois remontés, changement de cap à travers bois, les derniers étaient passés premiers pendant ce temps. Coup d’œil sur un plan d’eau parfait miroir, cadeau d’automne. Ce cheminement nous menait dans les vignes mordorées.

Le Clos Basté réunissait tout le monde. Accueil par le vigneron qui nous a tracé les grandes lignes du vignoble, le terroir. L’intérêt de respecter la nature dans une pratique Bio, c’est beaucoup de soins, donc de temps, mais une qualité de vie pour l’équipe de trois personnes qui produisent sans risques de pesticides des produits de même sans risques pour nous consommateurs. On peut souligner la compétence.

 

Certains prolongeront la dégustation avec les dives bouteilles rapportées. Et nous avons eu droit à quelques chansons en car, épanouis, en bonne compagnie… Alors… à la prochaine rando !