SAINT-JEAN-PIED-DE-PORT - 20.06.2019

La cité du Baptiste sise au pied du col, passage, porte. 

« Petite pluie du matin… n’arrête pas le pèlerin ». Justesse du dicton sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle. Nous avons tant questionné la météo pour ce jeudi que les nuages interdits en sont restés accrochés sur les hauteurs. Au sortir du car quelques minutes d’une pluie légère, histoire de déployer capes et parapluies hormis ceux qui ont essayé la pousse printanière de leur chevelure…

Partis de Saint-Jean-Le-Vieux, ancien camp romain, passant l’arrondi de sa motte féodale, fraîcheur des verts au long des vallonnements déroulés autour de la cité. Monter ces routes peu fréquentées pour les redescendre tout aussitôt et remonter à nouveau en profitant des perspectives sur les maisons exclusivement basques blanches et rouges, miniatures piquées sur les pentes. Harmonie parfaite dans la diversité des champs de jeunes pousses estivales, troupeaux, bois et vignobles bien exposés. Scrutant toujours ce ciel incertain, quelques gouttes encore et c’est la halle qui nous a servi de refuge pour le pique-nique. Les bords accueillants de la Nive, ce sera pour un jour plus souriant.

Rendez-vous à l’Office du Tourisme où une guide nous a pris en charge pour déambuler dans la cité médiévale de grès rose, remontant le temps avec l’histoire locale du Pays Basque au Royaume de France et de Navarre. Passage vers l’Espagne : commerce, guerres, aujourd’hui chemin jacquaire et tourisme, Saint-Jean-Pied-de-Port reflète bien les traditions de l’artisanat local : du linge basque aux réputés gâteaux de Barbier-Mellox, les fromages à déguster en chaussant les espadrilles de Mauléon.

Remontée vers la Citadelle, sur les pavés piétinés, encore un petit effort pour franchir la Porte du Roy, aller jusqu’à la demi-lune sur les murailles fortifiées offrant au-delà des toits de tuiles aux couleurs fanées, un panorama immense sous le plafond de nuages qui décidément n’a pas cédé. Le point géographique sur les sommets fantomatiques et repérage des différents quartiers, pentes grimpant jusqu’aux vignobles, courbes des bois et des arbres comme un jardin bien dessiné.

Rendez-vous à 17h au car et là… la pluie s’est également invitée comme annoncée par la météo. OUF, on l’a échappé belle… Et quelle belle échappée, journée très appréciée.

Lorsque les mollets auront bien récupéré : randonnée jeudi après-midi à partir de Saint-Vincent pour partager un goûter au bord du lac de Lourdes. Alors… à la semaine prochaine.

Participants : 52

 

Parcours : 7.350 km