Saint Justin :

Le Corbleu, affluent gauche de la Douze, prend sa source sur la commune. En 1280, ce site stratégique est érigé en bastide par la vicomtesse de Marsan et les Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem sans l’autorisation du roi d’Angleterre alors duc d'Aquitaine. Il connaît une destinée guerrière éprouvante : siège des Anglais pendant la guerre de Cent Ans, pillages et destructions lors des guerres de religion et de la Fronde.

La Grande Mademoiselle, cousine germaine du roi Louis XIV (et petite-fille d'Henri IV) y fit une grave chute de cheval en revenant du mariage royal avec l'infante d'Espagne à Saint-Jean-de-Luz en 1660.

En 1917, la devise de la commune était "Ton voisin est ton cousin". De nos jours cet adage est toujours usité par les nombreux partisans de la nature familiale du village.

Aujourd’hui, ce village fleuri d’Aquitaine restauré exprime le charme hérité de siècles d’histoire : vestiges des remparts, chemin de ronde, place à arcades, maisons à pans de bois sculptés, demeures à fenêtres à meneaux, manoir romantique. Une antique côte pavée unique dans les Landes, trois tours octogonales et une curieuse chambre d'arrêt lui confèrent sa singularité.

Labastide d’Armagnac :

Le ruisseau de Larrazieu, affluent gauche de la Douze, conflue sur la commune. Le Loumné, autre tributaire gauche de la Douze, traverse le territoire de Labastide-d'Armagnac.

Cette bastide est fondée en 1291 par le comte Bernard VI d'Armagnac sous le nom de Bolonia. Elle est autorisée par le roi d'Angleterre Edouard Premier.

Son urbanisme témoigne du caractère volontaire de la fondation de ces villes neuves du Sud de la France édifiées en quelques années, aux XIIIe et XIVe siècles, par les rois d'Angleterre et leurs sénéchaux. Seule l'ancienne enceinte a disparu.

Les rues et ruelles forment un damier convergeant vers une vaste place rectangulaire dotée d'arcades, la place Royale. Une remarquable église romane du XIIe siècle au clocher massif (datant lui du XVe siècle) et la mairie occupent l'un de ses côtés. Les couverts y sont de bois et de pierre sans unité de forme ou de matériaux. Détail de l'urbanisme, sur la place Royale, les façades sont sans pignon, tandis qu'ils sont présents sur la rue.

C'est aujourd'hui la plus pittoresque des bastides landaises. Le roi Henri IV (alors Henri III de Navarre) aimait se rendre à La Bastide où il résidait dans une maison donnant sur la place Royale, où logeait - selon la tradition - une de ses maîtresses. C'est cette place qui l'aurait inspiré pour la création de la place des Vosges à Paris.

Monuments :

-       Place Royale

-       Eglise Notre Dame de Labastide d’Armagnac

-       Chapelle Notre Dame des Cyclistes

-       Temple des Bastides

-       Maison Malartic

-       Viguerie

-       Portail

 

-       Rue des Taillandiers