Chemin Henri IV :

Le chemin Henri IV est un chemin protohistorique de randonnée qui relie le château de Franqueville à Bizanos au lac de Lourdes en passant par les coteaux.  

Malgré un nom significatif, le chemin est largement antérieur au règne du roi Henri IV. Les divers vestiges (dolmen, tumuli) qui jalonnent le chemin laissent penser qu'il correspondrait plutôt à un chemin protohistorique. En effet, à cette lointaine époque, il était plus sûr de voyager par les crêtes plutôt que par les plaines dangereuses et marécageuses.
Le chemin portait autrefois le nom de chemin de Saint-Pé, du nom de l’Abbaye de Saint-Pé-de-Bigorre dans les Hautes-Pyrénées, à l'une des extrémités. L’appellation actuelle ne daterait pas d’avant 1790. Le chemin correspondrait à une portion de la voie romaine menant de Lescar à Toulouse, et du chemin vicomtal de Saint-Pé à Biussaillet.

Plus tard, au Moyen Âge, diverses constructions furent érigées tout au long du chemin profitant ainsi d'un accès favorisé et d'un point de vue surplombant les plaines. À cette époque, il fut probablement utilisé pour relier Lescar et Lourdes.

Château de Franqueville :

Le Château de Franqueville est le troisième construit sur la commune de Bizanos. 
Montagnard et botaniste émérite, normand d'origine, le Comte Albert de Franqueville s'installe au château de Bizanos, le 6 février 1854. Les bienfaits du climat béarnais vantés à cette époque, ainsi que sa passion pour les sommets pyrénéens avaient motivé ce choix. Il participera à la première ascension du Néthou, connu sous le nom espagnol de Pic d'Aneto, point culminant des Pyrénées.

En 1871, à son décès son fils, le Comte Gaston  de Franqueville prend en mains le domaine puis en  1919  la famille De  Pruines s’y installe.

En  1950, le Château est  vendu  aux hospices  civils de  Pau, il devient  alors un  établissement de repos  jusqu'à son  acquisition par la commune de Bizanos en 1988.

Le Conseil Municipal donne une nouvelle destination à l'édifice et entreprend la réhabilitation du Château. Ce parc qui fait aujourd'hui 3,3 hectares, comprend des végétaux exotiques qui paraissent dater de la fin du XIXe siècle.
Fin 1992, le Château ouvre ses portes à la location.

En Mars 2012, rénovation du rez-de-chaussée ainsi que l’entrée.

Artigueloutan :

Les terres de la commun sont arrosées par l'Ousse et par l'Ousse des Bois. Le toponyme Artigueloutan apparaît sous les formes Artigueloptaa, Artgalopta, Artigelobtaa (respectivement 1385, et XIVe siècle), Arthigueloutan (1457), Artgaloutaa(1536), Artgalotaa(1675), Artiguelotaa (fin XVIIIe siècle) et Artigue-Loutan (1801).

L'église Saint-Jean-Baptiste date du milieu du XIXe siècle.

Ousse :

Les terres de la commune sont arrosées par l'Ousse.

Le toponyme Ousse apparaît sous les formes Ossa (XIIe siècle), Osse (XIIe siècle) et Oose (1402).

Le Fort de César est une motte, commune à Artigueloutan et Ousse, mentionnée également en 1863.

 

Aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, les seigneuries d'Ousse, de Lée, le fief de Cambus, Mondaut, les baronnies de Monget et Saint-Goin, étaient détenues par la famille de Fraixe (ou du Fraiche), alliée à la maison royale de Foix. Jacques de Foix, né vers 1475, fut abbé de Saint-Volusien de Foix, abbé de la Reule, évêque d'Oloron en 1521, gouverneur pour le roi de Béarn et de Basse-Navarre, chevalier des ordres, évêque de Lescar en 1534. Il testa le 16 octobre 1554 et mourut à Lescar le 7 avril 1555. Il assista au baptême de Henri III de Navarre, qui deviendra Henri IV, roi de France de de Navarre. Certains ouvrages précisent même, que c'est Jacques de Foix qui baptisa le roi. Avant son entrée dans les ordres, Jacques de Foix avait eu plusieurs enfants, dont Philippe de Foix, cousine de la Reine de Navarre, qui épousa, par contrat du 18 mars 1544, Gratian du Fraische.