Navarrenx :

Les terres de la commune sont arrosées par le gave d’Oloron, et ses affluents, le Saleys, les ruisseaux le Laus (10,5 km), l'Arroder et le Lucq.

Navarrenx, /nabarēŋs/. Le suffixe -enx provient d'une confusion entre le suffixe -enc et le latin -ens lequel évolue normalement en -és /-ais. Le toponyme est documenté sous les formes Navarrensis (XIe siècle) et non pas sponda Navarrensis, comme gravé sur le parvis de l'hôtel de ville, Navarrencxs (1235), Navarencae (1286), Navarrencs (1290), lo molii de NavarrencxSent-Germer de Navarrencx et l'espitau de Sent-Antoni de Navarrencx(respectivement 1385, 1387 et 1391), Nabarrencxs (1477) et Navarrenx-Bérérenx à la suite de la réunion des deux communes en 1828.

Son histoire connue dans la vicomté de Béarn commence sous le règne de Centulle IV qui fit grandir Navarrenx révélant qu’elle était à l’état de ville ouverte en 1060. En 1290, dans le testament de Gaston VII, il est fait mention d’une casterasse (en béarnais : grand château).

Navarrenx est ceinturée par la première enceinte bastionnée construite en France à partir de 1538, par la volonté d'Henri II d'Albret, roi de Navarre, vicomte de la Souveraineté de Béarn, et l'architecte italien : Fabricio Siciliano dont la présence est attestée à Navarrenx le 11 décembre 1544.

Bien que dénaturée depuis qu'à la fin du XXe siècle une décision municipale, irréfléchie, permit la démolition de « la Porte de France » ou « des Mousquetaires » ainsi qu'un percement, inesthétique et demeuré en l'état, de la courtine « Saint Antoine » dans le prolongement de la rue « Saint Germain ».

Ceinte de murs dès le XIVe siècle, la ville garde de beaux vestiges comme la porte Saint-Antoine, refaite en 1645, la tour de la Poudrière, la place des Casernes, la fontaine militaire, ainsi que des maisons gothiques et, sur la place de la mairie, un arsenal du XVIIe siècle construit sur les ruines de la maison des rois de Navarre.

La maison, dite maison Paillé, date du XVIe siècle.

 

L'ancien arsenal construit vers 1680, actuellement centre culturel et touristique.