Assat :

Assat est traversée par le gave de Pau et par ses tributaires, le Lagoin, (rejoint sur la commune par le ruisseau l'Arrebigne et ses deux affluents), le canal du Moulin et le canal du Lagoin.

Un affluent de l'Ousse, l'Arriou Merdé, borde, au nord, le territoire communal.

Le toponyme Assat est attesté dès le début du xiie siècle, succédant aux graphies antérieures Assal et Assag (980). On trouve également les formes Assat (1110 et 1115), Assad (xiie siècle), Assatum (1434) et Assat (fin xviiie siècle).

Assat possède un château qui appartenait avant 1793 au baron de Navailles-Mirepeix. Un heureux concours de circonstances a fait que nous le retrouvons en grande partie comme il était autrefois (forteresse du XIIe siècle surmontée d'un donjon du XIVe siècle).

Les rives du gave et ses saligues* constituent une zone naturelle pratiquée par les pêcheurs, les promeneurs (sentiers aménagés) et les amateurs de sport d'eau vive (avec le « saut d'Assat » en aval du pont).

* A l'origine, le terme de saligue, en occitant local, désigne le boisement humide des bords du gave de Pau où abondent les saules. Par extension, il caractérise l'ensemble de la zone de divagation du gave, constituée de bancs de graviers, chenaux, bras secondaires, fourrée et boisements inondables.

 

Nay :

Les terres de la commune sont traversées par le gave de Pau et par ses tributaires, le canal de la Grau et le Béez, lui-même rejoint sur Nay par le ruisseau Coudé.

Un affluent du canal de l'Escourre, le ruisseau de Tutet, coule également sur la commune.

Le toponyme Nay provient du latin oppidum nayum. Il est mentionné au XIIe siècle et apparaît sous les formes Sant-Vincentz de Nay (1484) et Nai (XVIIIe siècle).

Les premières mentions de Nay remontent vers 1120 où l’on décrit un bourg ravagé par un incendie. C’est là que les moines de Sainte-Christine de Gabas qui était "un des trois plus grands hôpitaux de la Chrétienté " (les deux autres étant celui de Mont-Saint-bernard et celui de Jérusalem), achètent cette étendue de terre ainsi que le terroir et tous les biens à lui attachés, terres cultivées ou en friches.

Sa position géographique explique le choix des religieux, situé aux pieds des coteaux comporte un gué traversant le gave dans un méandre, il y passe un chemin menant de Lourdes à Pau par la rive gauche, Il contrôle l’accès à la vallée de Ferrières ainsi que l’accès à la vallée d’Ossau par Arudy.

La comtesse Marguerite, fille de Gaston VII Moncade, donna une grande impulsion au mouvement communal en Béarn et fonda la bastide de Nay

 

Les limites de la commune sont récentes (1856) et ont été formées de la réunion administratives distinctes, Claracq et Nay. En 1972 Bourdettes fut rattachée à Nay.