Garlin :

Garlin est traversée, le Bahus, le ruisseau du Brousseau et le Léez, et par des tributaires de ce dernier, les ruisseaux le Gabassot et le Lesté.

Le toponyme Garlin apparaît sous les formes Gasli (vers 984), Caslinus (XIe siècle) et Garlii (1385).

Gros bourg du Vic-Bilh, son nom signifie « sol humide et marécageux ». Les nombreux tumuli qui y ont été fouillés attestent d'une présence humaine dès l'âge de bronze. Certains de ces tumuli de grande importance ont livré de nombreux vestiges. Ils se trouvent en grande partie près du Chemin de Saint-Pé, ancien chemin de transhumance rejoignant le plateau de Ger, et très emprunté dans l'antiquité.

Il s'agissait d'une ancienne bastide fondée, semble-t-il, en 1302 par la vicomtesse Marguerite de Béarn , pour faire face aux places fortes anglaises du Tursan, plus précisément Sarron, Geaune, Pimbo. C'est la raison pour laquelle ce lieu s'appelait et encore s'appelle « Porte du Béarn " En effet, on comprend, avec la carte en contour, qu'il fût facile à défendre cette bastide bénéficiant du ravitaillement dès la région du Béarn.

Puis, Garlin fut un centre protestant très actif au xvie siècle. Un siècle plus tard, les Capucins fondèrent un couvent pour ramener la cité dans le giron du catholicisme. Selon un dicton ancien : Las hilhòtas de Garlín " Rèvan d'escuts e de draps de lin !

Il y avait à Garlin un hôpital de l'ordre de Malte (espitau Monpeslé ou espitau de la Magdelaine) dont l'existence est attestée dès 1542 et qui était déjà en ruine au début du XVIIe siècle (1617).

En 1790, Garlin était chef-lieu de canton.

Garlin présente un ensemble de maisons de notable et de fermes des xviiexviiie et xixe siècles. Une des fermes, située au lieu-dit Berdoy, possède un tombeau sarcophage, qui fut utilisé comme abreuvoir.

Au lieu-dit Abatt, on peut voir un lavoir du xixe siècle.

L'ancien presbytère fut construit entre 1833 et 1835.

A signaler également la maison du seigneur de Garlin, l’ancien hospice St Pierre, l’ancienne église romane St Jean, l’église paroissiale St Jean Baptiste et le couvent des Capucins.

Le lac de Gabassot :

 

C’est un lac collinaire d’une superficie de 40 hectares.