Nay :

Les terres de la commune sont traversées  par le  gave de Pau et par ses tributaires, le canal de la Grau et le Béez, lui-même rejoint sur Nay par le ruisseau Coudé.

Un affluent du canal de l'Escourre, le ruisseau de Tutet, coule également sur la commune.

Le toponyme Nay provient du latin oppidum nayum. Il est mentionné au XIIe siècle et apparaît sous les formes Sant-Vincentz de Nay (1484 ) et Nai (XVIIIe siècle )..

Il y a beaucoup à dire sur Nay !

Asson :

 Asson est traversée par le gave de Pau, et par ses tributaires, l'Ouzom et le Béez

Le toponyme Asson apparaît sous les formes Assoo (xie siècle ), Assonium (1100 ), Villa quœ vocatur Asso (xiie siècle ), Assun (xiiie siècle), La vegarie d'Asson (1450 ), Saint-Martin d'Asson (1790 ) et Asson  (fin xviiie siècle ).L e toponyme provient probablement du basque aitz/as (« pointe rocheuse ») et du suffixe locatif -on, pour donner « lieu où il y a une hauteur pointue ".

Un oppidum protohistorique a conservé des fossés et des talus.

Vers l'an 1290 régnait à Asson le seigneur Arnauld, l'un des plus redoutables barons du pays. Son château symbolisait la cruauté du tyran. Il tua 

son neveu et en 1232 se fit justice en se poignardant ! Gaston VII fit abattre le château. Plusieurs autres bâtiments disparurent également , l'église Saint-Basile ainsi que l'église de Saint-Martin.

Château de Luppé :

Pour trouver une première trace de l'existence du château, il faut remonter à l'année 1150 pour voir qu'il appartient à un certain Goalhard de Badie et était répertorié comme maison d'Abadie.

Par le truchement de mariages, successions et ventes, le château va souvent changer de mains.

 C'est par alliance, que le château d'Abère revient à la famille de Luppé qui en est propriétaire depuis la moitié du 19e siècle. C'est pourquoi les habitants d'Asson parlent du château de Luppé.

On doit la dénomination de "Château d'Abère" à un testament rédigé en 1501 par Bertrand de Boeil qui lègue la maison d'Abadie à la famille d'Abère.